• Facebook Social Icône
  • Youtube
  • Instagram

Revue de presse

La voix de la soprano Gwendoline Blondeel se distingue par sa sonorité claire et légère, qui élève la musique dramatique vers des sphères célestes mais en gardant l'intensité de son chant.

Titon et L'Aurore - Stean Brion (Opera Comique 2020).jpg

8 Juillet 2022

Titon et L'Aurore à l'Opéra Royal de Versailles avec Les Arts Florissants

Sa partenaire protagoniste, l’Aurore interprétée par Gwendoline Blondeel offre une voix virtuose et douce à la fois, spécialement dans les vocalises (imitation des oiseaux par exemple), en montrant une grande aisance dans les passages d’interprétation entre la gaité et la rage. Les duos des deux protagonistes montrent une réelle synergie, présentant sur scène une convaincante union amoureuse. 

23 Mars 2022

Atys de Lully à l'Opéra Royal de Versailles avec Cappella Mediterranea

Gwendoline Blondeel en Doris (mais aussi Iris, Flore et divinité des fontaines) présente une voix au très bel éclat, agrémentée d’une présence scénique lumineuse.

28 Juillet 2021

La Flûte enchantée au Festival International de Beaune avec Le Cercle de l'Harmonie

Quant à Gwendoline Blondeel, découverte à Froville, son émission pure, son intelligence musicale lui permettent d’exceller tant dans le baroque et le classique que dans la comédie musicale. On se réjouit de la retrouver comme première des trois dames, même si le rôle est modeste au regard de ses moyens. 

sitem.jpg

21 Janvier 2021

Titon et l'Aurore à l'Opéra Comique avec Les Arts Florissants 

Gwendoline Blondeel, irradie par la pureté angélique de l’interprète dont l’assise solide du chant se traduit autant dans la finesse des aigus, que dans la présence scénique éclatante.

Le spectacle est d’autant plus réussi que les chanteurs habitent leurs personnages allégoriques avec sincérité et gourmandise. En tête d’une distribution somptueuse, Gwendoline Blondeel (l’Aurore) n’hésite pas à malmener sa belle voix soyeuse, aux aigus rayonnants, quand il s’agit d’exprimer une juste colère. 

11 Décembre 2020

Il Palazzo Incantato à  l'Opera de Dijon avec Cappella Mediterranea

Double rôle (La Poésie, Fiordiligi) pour Gwendoline Blondeel (soprano). Cette jeune soprano au grand potentiel fit une entrée remarquée à l'acte I scène 10 avec un air ravissant, Se mi toglia mia sventura, dont les strophes étaient richement accompagnées par des flûtes aux belles couleurs qui révéla une voix claire, agile et sensuelle. Les dernières paroles de chaque strophe étaient répétées par la nymphe Echo de façon très poétique. 

Si ses aigus possèdent finesse et pureté, ses graves ont un petit grain qui leur donne une assise sans excès. Grâce à sa présence scénique, aux mains proches de son cœur, l’auditeur reste à chaque instant attentif aux émotions de ses magnifiques plaintes, comprenant tout même en l’absence de livret.